bienvenue sur our dirty folks
FAITES UN TOUR AU MARCHE DE NOËL !
navigation rapide : VERSION 2 | SUIVI DE l'INTRIGUE | PARRAINAGE | L'INTEGRATION

Partagez | 
 

 Cast me far away + Lewyah

Aller en bas 
avatar
Amalyah Wilson
OUR DIRTY INHABITANTS
› in Hillsboro since : 19/11/2018
› messages : 120
› points : 75
› age : Lyah va bientôt sur ses vingt-trois ans, elle est encore jeune et elle profite de sa vie chaque année. Elle n'a pas peur de vieillir, au contraire.
› work/studies : Amalyah aimerait reprendre ses études dans la médecine, mais pour ça, elle doit trouver des fonds pour payer l'école. Pour le moment elle enchaîne son
› address : Elle n'a pas d'adresse fixe, elle squatte un peu partout. Chez Julian, mais également chez son meilleur ami et parfois chez ses clients.


MessageSujet: Cast me far away + Lewyah   Jeu 22 Nov - 20:59

Tu n’as pas passé une super nuit et malheureusement tu ne pouvais pas y faire grand-chose. Cet homme n’avait pas vraiment pris soin de toi, loin de là. Il avait levé la main sur toi, t’avais obligé à faire pas mal de chose. Ton corps était marqué, heureusement que tu n’allais plus le croiser, du moins c’est ce que tu espérais. Tu es rentré chez Julian, il n’était pas là, tu tremblais, la fatigue se voyait sur ton visage, tu te déshabillas et lanças l’eau pour te glisser dans cette douche. Tu as besoin d’évacuer, tu ne peux plus faire semblant, tes larmes coulent le long de tes joues. Tu te sens sale, tu as mal, mal partout. Tu glisses le long de la paroi, l’eau tombant sur tes cheveux, sur ton corps si fragile et martyrisé. Tu as l’impression d’avoir la tête qui tourne, des vertiges et finalement tu vomis. Tu t’en rends malade, tu ne veux plus jamais recommencer, tu ne veux plus subir ça. Tu étais bien loin de ton rêve initial, te voilà à vomir tes tripes, tu as peur, peur de le recroiser, une boule au ventre. Tu ne veux pas que quelqu’un s’inquiète pour toi, il va falloir cacher ces énormes bleus sur ton corps et ton visage. De longues minutes passent, tu décides enfin de finir ta douche, tu t’installes sous un plaid en sous-vêtement, tu t’endors difficilement. Tu ne rêves pas, tu fais simplement des cauchemars, tu te réveilles quelques heures plus tard, il commence à faire nuit. Il est temps que tu te rendes chez Lewys pour lui donner sa tune. Tu n’es pas vraiment heureuse car ça te fait repenser à tout ça, pourtant, tu n’as pas le choix. Un jean troué, mettant en valeur tes formes, retroussé sur le bas, un débardeur qui cache ta poitrine, laissant apparent ton nombril et ton piercing. Simplement une petite veste pour te couvrir le dos, un long collier qui vient se terminer au milieu de ton ventre, des baskets blanches Nike. Tu mets une couche de maquillage pour couvrir le bleu que tu as sur la joue, un rouge à lèvres pour qu’il se concentre sur ça. Ton sac à main où se trouve la tune et tu quittes l’appartement, laissant un message à Julian pour le prévenir que tu revenais plus tard ou seulement demain. Tu marches dans la nuit, tu prends le bus sans le payer comme à chaque fois et tu arrives rapidement devant son immeuble. Tu hésites et finalement tu montes les escaliers rapidement, te retrouvant devant sa porte. Tu te forces, tu essaies d’être à l’aise comme tu l’as toujours été avec lui, tu toques à sa porte et tu patientes.
@Lewys McNiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lewys McNiel
OUR DIRTY INHABITANTS
› in Hillsboro since : 22/11/2018
› messages : 40
› points : 30
› age : 38 piges.
› work/studies : truand.
› address : Un appartement cozy sur Center Street.


MessageSujet: Re: Cast me far away + Lewyah   Ven 23 Nov - 13:03



Il tire longuement sur le joint, exhale une épaisse fumée, l’odeur capiteuse engorgeant ses sens. Lewys se sent hagard, émoussé, comme s’il était spectateur au sein même de son corps. Il peut se le permettre ; c’est fin de journée, James n’est pas là et il a besoin de se délester du poids qui voûte ses épaules. Il lampe un verre de whisky pour faire descendre le tout, ses paupières papillonnent paresseusement sur ses yeux rougis, injectés de sang et il pousse un soupir de contentement. Lewys étudie distraitement ses mains, couvertes d’hématomes, de coupures diverses et d’encre. Peut-être qu’il devrait en rajouter quelques-uns, de tatouages, là, les doigts. Un demi-sourire frôle ses lèvres.
On toque à la porte, il grogne. Il pensait avoir la soirée pour lui, simplement vêtu d’un pull-over et d’un jean, sa piaule est un capharnaüm ; des cadavres de bouteilles, des traces de blanche, un glock et un desert eagle. Il jure tout bas ; pourvu que ce soit pas l’ex qui dépose le piaule. Il ouvre la porte comme s’il voulait l’arracher. « Amalyah. » lâche-t-il avec soulagement. « J’pensais que c’était quelqu’un d’autre, désolé. Entre. » Lorsqu’elle s’engouffre dans la pièce, il coule allègrement une œillade sur son galbe enjôleur, sa tenue assassine et légère, se pourlèche les babines, les feux de la convoitise déjà attisés. Il fronce les sourcils, pourtant. « T’as mon fric ? » Quand Amalyah se glisse dans une pièce, celle-ci irradie, comme s’il était du feu liquide, tout s’embrase et ne devient que concupiscence, les couleurs sont plus coruscantes, les instincts à fleur de peau. Là, la piaule est toujours terne, froide. Un truc cloche. Comme si on avait soufflé la bougie. « Ça va pas ? » Il jugule le vice, en lui, et la regarde alors, véritablement, comme une personne et non le réceptacle de ses basses pulsions. Elle s’est retranchée derrière ses armes de prédilection, les mieux fourbies ; atours grisants, lippes purpurines pour capter l’absolue attention mais la faille est là, il la voit. Là, ensevelie sous le maquillage, le marbre de la honte, qu’elle a tenté de camoufler. Il vrille son regard froid dans le sien. « Qui a fait ça ? » demande-t-il d’une voix où gronde l’orage, l’ire à peine voilée ; pas dirigée contre elle, non, mais vers le fils de pute qui lui a fait ça. Délicatement, il l’amène vers le canapé et l’y fait asseoir, lui propose le poison et la came de son choix. « Réponds-moi. » grogne-t-il durement. La bête est là, juste sous la surface, impérieuse. Celle à laquelle on ne peut dire non.



@Amalyah Wilson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amalyah Wilson
OUR DIRTY INHABITANTS
› in Hillsboro since : 19/11/2018
› messages : 120
› points : 75
› age : Lyah va bientôt sur ses vingt-trois ans, elle est encore jeune et elle profite de sa vie chaque année. Elle n'a pas peur de vieillir, au contraire.
› work/studies : Amalyah aimerait reprendre ses études dans la médecine, mais pour ça, elle doit trouver des fonds pour payer l'école. Pour le moment elle enchaîne son
› address : Elle n'a pas d'adresse fixe, elle squatte un peu partout. Chez Julian, mais également chez son meilleur ami et parfois chez ses clients.


MessageSujet: Re: Cast me far away + Lewyah   Ven 23 Nov - 15:01

Clairement, tu ne sais pas vraiment ou tu en es, tu as tout envie de foutre en l’air et te foutre en l’air aussi. Tu dois encore rendre visite à ton mac, mais également à cet homme qui te fait partir en vrille, qui te fait te sentir vivante. Cette relation que tu pouvais avoir avec lui était différente, jamais il n’avait haussé le ton, jamais il n’avait levé la main sur toi, bien au contraire, tu savais très bien ce qu’il faisait à ceux qui osaient te blesser. Tu savais parfaitement que ce soir, s’il comprenait ce qui se passait, il n’hésiterait pas à rendre visite à cette pourriture et lui faire regretter. Tu ne sais même plus ce qui est bien et pas bien, ce qui devrait faire ou pas. D’un côté, tu ne devrais même pas être en train de faire ça, tu ne devrais pas être une escorte, si tu te serais tenue, tu serais certainement encore chez tes parents et dans une université. Au final, tu regrettais, tu commençais à te perdre dans tes pensées, trouvant que tout ce que tu avais fait était nul. Tu te rabaissais, tu ne pensais plus qu’à ça et les minutes se faisaient de plus en plus longues. Le bus s’arrêta à l’arrêt, tu étais enfin arrivé devant le bâtiment de Lewys. une boule au ventre. Tu avais du mal à déglutir, comme si quelque chose t’en empêchait, ta respiration se faisait de plus en plus rapide comme les battements de ton coeur. Tu ne pouvais plus faire demi-tour, tu devais obligatoirement y aller. Tu montas les escaliers, jusqu’à devant sa porte, tu réfléchissais encore et finalement tu toquas à sa porte. Tu attendais, réajustant ta veste pour ne montrer aucune de tes blessures. Il ouvrit soudainement la porte, ton regard se posa directement sur lui. Ses yeux, tu comprenais de suite ce qu’il était en train de faire dans son appartement, ça ne changeait pas de d’habitude. « Pas de soucis. » les seuls mots que tu avais réussi à laisser sortir de ta bouche, tu entras dans son appartement. Alors que d’habitude un grand sourire ornait tes lèvres, la joie de vivre, la passion se lisait dans ton regard que cette fois-ci, tu es froide, distante, loin d’être joyeuse. « Oui je l’ai. » tu déposas ton sac à main, il était plein, plein de son fric. Tu laissais une distance entre lui et toi, alors que d’habitude tu serais déjà en train de lui tourner autour. « Si ça va. » un pur mensonge, alors que d’habitude tu lui disais en permanence la vérité, tu essayais de sourire, tu essayais de te détendre et d’être moins crispé, mais il le remarque, son regard est pesant et il ne te quitte pas du regard. Il comprit et veut connaitre la vérité, il veut savoir qui a osé te blesser, il t’attire vers le canapé et juste le fait de t’asseoir te déchire une grimace, ton dos te fait horriblement mal comme tes côtes. Tu aurais dû te rendre à l’hôpital, juste pour une visite de contrôle, histoire de t’assurer que tu n’avais rien de cassé ou fêlé, mais bien sûr tu n’en faisais qu’à ta tête. Tu hésites un peu, mais il ne te laissera pas partir sans connaitre le nom de cette merde. « Henderson. » finalement tu n’as plus besoin de te cacher, tu retires difficilement ta veste, tes blessures douloureuses te faisaient repenser à cette soirée. Une larme coula le long de ta joue, ton regard se posa sur tes bras, tu relevais ton maillot sur le côté gauche, un énorme hématome, enflé, tu n’étais pas bien belle à voir. Tu t’enfonças dans le canapé, fermant un instant les yeux « Je suis désolé » finissais-tu par dire. Tu n’avais rien d’autre à ajouter, il avait son argent, il connaissait le nom, tu allais pouvoir rentrer chez toi.
@Lewys McNiel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lewys McNiel
OUR DIRTY INHABITANTS
› in Hillsboro since : 22/11/2018
› messages : 40
› points : 30
› age : 38 piges.
› work/studies : truand.
› address : Un appartement cozy sur Center Street.


MessageSujet: Re: Cast me far away + Lewyah   Ven 23 Nov - 16:54




Il a presque envie de la brusquer, quand elle luit ment effrontément. Il connaît peu, même si toutes ses courbes sont gravées sur sa rétine, mais il sait voir les tourments qui l’étreignent. Lewys tente de prendre patience, de lui laisser le temps de venir d’elle-même. Il ronge son frein, sa colère bout ; il n’a qu’une hâte : mettre la main sur ce salaud et lui fendre la gueule. Le nom finit par tomber, après ce qui paraît une éternité. L’écossais a un fin sourire, qui n’engage à rien, qui se veut innocent. Sa pogne se glisse dans la poche de son jean, saisit son portable et ses doigts furieux pianotent rapidement sur le clavier. Le couperet tombe, la sanction est proclamée, le fumier paiera. «
On me le garde au frais, je vais lui rendre une petite visite. » Rictus amer. Lewys, il est pas très à l’aise avec la surabondance de sentiments ; quand une larme dévale la joue de la demoiselle, il se sent gourd, démuni. D’un geste maladroit, il écrase la perle, attire doucement Amalyah, presse son dos contre son torse, barre la poitrine de la nymphe de son bras noueux ; sans pression, juste pour qu’elle se sente en sécurité. Il enfouit son nez dans sa crinière ; lui murmure : «
Tu veux en parler ? » Vraiment, la psychologie humaine a toujours été un abscons mystère pour lui, la seule façon dont il sait s’exprimer, c’est par ses poings. « Tu peux garder le fric. » Maigre consolation, il le sait, face aux horreurs qu’elle a sans doute subies mais ce sont déjà de durs centimètres gagnés vers une éducation. De sa main libre, il rallume son joint, tire longuement, propose une taffe à la belle. «
Tu veux faire autre chose ? J’comprendrai, j’ai d’autres jobs à proposer. » Moins physiquement demandant, légalement plus dangereux, de quoi rayer un avenir. «
Dis pas de conneries, c’est pas de ta faute. Seulement de la sienne. Te sens pas coupable pour ça. » crache-t-il avec aigreur. Doucement, il la presse contre lui. «
Tu as mal quelque part ? » Question stupide. «
Tu veux un toubib ? J’en connais des tas de discrets, ils poseront pas de questions gênantes. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amalyah Wilson
OUR DIRTY INHABITANTS
› in Hillsboro since : 19/11/2018
› messages : 120
› points : 75
› age : Lyah va bientôt sur ses vingt-trois ans, elle est encore jeune et elle profite de sa vie chaque année. Elle n'a pas peur de vieillir, au contraire.
› work/studies : Amalyah aimerait reprendre ses études dans la médecine, mais pour ça, elle doit trouver des fonds pour payer l'école. Pour le moment elle enchaîne son
› address : Elle n'a pas d'adresse fixe, elle squatte un peu partout. Chez Julian, mais également chez son meilleur ami et parfois chez ses clients.


MessageSujet: Re: Cast me far away + Lewyah   Ven 23 Nov - 17:34

Tu ne sais pas si tu as fait le bon choix, pourtant c’était trop tard, tu étais chez lui, dans son appartement. Endroit que tu commençais à connaitre par coeur, ce n’était pas la première fois que tu venais ici, ni même la dernière. Il t’arrivait souvent de lui rendre visite pour lui donner quelques billets, voir un sac entier comme ce jour-là. D’habitude, tu l’aurais déjà embrassé, limite déshabillé, mais là, tu te contentais de lui répondre vaguement, tu lui mentais un peu plus à chaque fois et tu savais qu’il le remarquait. Il ne fera jamais de mal, tu le sais, tu le ressens au fond de toi. Tu prends une grande inspiration et tu balances le nom, peut-être que ça allait te soulager, ou non. Tu ne veux pas avoir un mort sur la conscience, tu ne savais jamais comment Lewys réglait ce genre de problème et tu ne voulais pas vraiment le savoir. Tu le regardais pianoter sur son téléphone, un frisson parcouru tout ton corps, de ta tête jusqu’à tes pieds. Tu hoches seulement la tête, ne pris pas la peine de répondre, il faisait ce qu’il voulait, de toute façon tu ne pouvais absolument rien faire. Fragile comme tu es, il serait peut-être temps que tu apprennes à te battre, à te défendre, c’était une idée qui commençait à bien mûrir, tu allais certainement t’inscrire dès demain. Tu n’allais pas en parler, garder ce petit secret rien que pour toi, une chose était déjà bien, tu avais une condition physique optimale grâce à tes footings et tes heures en salle. Il écrasa ta larme le long de ta joue, tu te blottis contre lui, plongeant ta tête dans sa nuque, rien que d’être dans ses bras te rassure et te fait du bien. Tu fermes les yeux pendant un instant, tu respirais, son parfum, te pinçant les lèvres. « Non, j’aimerais l’oublier. » laissais-tu sortir de ta bouche, clairement tu voulais passer à autre chose. Garder le fric, il était adorable, ça t’aiderait à payer une partie de ton école, enfin seulement quelques mois, mais c’était déjà ça. « Merci beaucoup … » tu te reculas légèrement, plongeant ton regard dans le sien. Tu te reculas légèrement, tu n’avais aucune envie de fumer ce soir. Peut-être plus boire, tu fis un signe négatif de la tête. « Ça va aller, c’était juste la mauvaise personne. » c’est ce que tu pensais, et tu l’espérais surtout. Tu n’avais pas envie de devoir vivre ça plusieurs fois. Mais d’un côté si tu avais de quoi te défendre, tu n’aurais plus de problème, tu iras sur internet te renseigner pour une bombe de lacrymo et des autres petites choses. « Je n’ai pas vraiment regardé, mais j’aime mal partout, les bras, le dos, les côtes et la joue. Je sais que j’ai des contusions sur les jambes… » tu te levas, retirant ton débardeur pour lui laisser voir l’ampleur du désastre, ton regard se posa sur le miroir qui se trouvait en face de toi. Ton corps ne ressemblait plus à rien, bleu de partout voir un peu noir. « Je pense qu’il faudrait que je vois quelqu’un en effet… » tu t’approchas de lui, et sans même réfléchir plus longtemps tu déposas tes lèvres contre les siennes, te reculant légèrement « Merci de m’aider. » même si cela pouvait sembler étrange, il était le seul qui t’aidait à t’en sortir et essayer de te faire gagner suffisamment pour que tu puisses reprendre tes études.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Lewys McNiel
OUR DIRTY INHABITANTS
› in Hillsboro since : 22/11/2018
› messages : 40
› points : 30
› age : 38 piges.
› work/studies : truand.
› address : Un appartement cozy sur Center Street.


MessageSujet: Re: Cast me far away + Lewyah   Dim 25 Nov - 21:09



C’est étrange de la voir, comme ça, vulnérable dans son appartement, à avoir une conversation des plus sérieuses, lourde de conséquences. Avoir envie de la protéger, de régler des comptes, plutôt que de la posséder. Il ira écraser ce porc, une fois Amalyah partie, il s’en fait la promesse. Lewys se demande à combien de ses filles ça arrive, et à quel rythme, combien n’osent pas lui en parler, par honte ou par peur de s’attirer des représailles. Ses sourcils se froncent, il hoche la tête lentement. « Je comprends. » lui fait-il à voix basse. « C’est normal. Et si jamais tu changes d’avis, mon offre est toujours d’actualité. »Lorsqu’elle se plaint de douleurs, le truand se saisit derechef de son portable et pianote sur le clavier. Dans l’immeuble, il y a un docteur bedonnant qui a déjà rafistolé Lewys quelques fois, lorsqu’il a pris plus de coups qu’il n’en a reçus, et a toujours su se taire. « Un type va passer. On peut lui faire confiance. » Ses yeux froids guignent le glock sur la table et une idée germe dans sa tête. Il peut lui confier, c’est plus facile à utiliser que le desert eagle et ça pourrait dissuader le prochain fils de pute qui lui cherche des noises. Il lui désigne d’un geste sec de la tête. « Tiens, prends ça, ça pourrait te servir à l’avenir. »
On sonne à la porte et le petit homme entre ; il est cossu, ventru et porte une espèce moustache. Il a une vague air débonnaire de grand-père que Lewys apprécie. Sans mort dire, il accompagne Amalyah dans une pièce voisine et l’écossais reste en retrait, laissant à la jeune femme son intimité. Pas qu’il risque de voir quelque chose qu’il n’ait déjà vu mais il veut lui laisser l’opportunité de s’exprimer si elle en a besoin. Le vieux laisse une boîte d’anti-douleurs, lorgnant d’une œillade torve le desert eagle qui trône toujours sur la table ; quelques billets changent de main et il tire sa référence sans faire aucun commentaire. « Alors ? Ça va ? Qu’est-ce qu’il a dit ? » veut-il savoir, la gueule toujours froissée par la colère. Il se lève, s’étire et verse à la belle un verre de vodka, en y ajoutant de l’orange ; ils se sont suffisamment mis minables pour qu’il sache ce qu’elle boit. Lui prend la bouteille de rhum y boit à même le goulot, sentant son ire s’apaiser. « Quelle est la suite de ton programme ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Amalyah Wilson
OUR DIRTY INHABITANTS
› in Hillsboro since : 19/11/2018
› messages : 120
› points : 75
› age : Lyah va bientôt sur ses vingt-trois ans, elle est encore jeune et elle profite de sa vie chaque année. Elle n'a pas peur de vieillir, au contraire.
› work/studies : Amalyah aimerait reprendre ses études dans la médecine, mais pour ça, elle doit trouver des fonds pour payer l'école. Pour le moment elle enchaîne son
› address : Elle n'a pas d'adresse fixe, elle squatte un peu partout. Chez Julian, mais également chez son meilleur ami et parfois chez ses clients.


MessageSujet: Re: Cast me far away + Lewyah   Dim 25 Nov - 22:06

Tu trouves quelque chose de réconfortant, tu es contre lui et pour la première fois de la journée, tu arrives à oublier pendant quelques instants ce qui t’est arrivé. Tu fermes les yeux, tu es fatiguée, tu as besoin de te reposer, de souffler. Des vacances, ça te ferait certainement du bien, tu vas y songer d’ici quelques jours. Pour le moment, tu essaies de profiter du moment, de rester près de lui. Il te soutient, il sera toujours avec toi quoiqu’il arrive et c’est ça que tu aimais chez lui. « C’est gentil. » soufflais-tu doucement. Tu ne pouvais rien dire de plus, c’était la pure vérité, tu laissas un léger sourire s’afficher sur tes lèvres, le seul sourire que tu avais réussi à décocher depuis ton arrivé. Tu le regardais pianoter sur ton téléphone, il connaissait beaucoup de monde et tu hochas simplement la tête à ses paroles. Tu allais pouvoir savoir ce que tu avais, pourquoi tu souffrais autant. Il te dégota une arme, pour que tu puisses te protéger, essayer de faire peur aux personnes. Tu n’étais fan des armes, mais si ça pouvait te permettre de sauver ta peau, tu la prenais volontiers. « D’accord. Par contre je ne sais pas l’utiliser. » tu rigoles nerveusement. Finalement quelqu’un sonna à la porte, le médecin était déjà là. Tu le suivi dans une autre pièce, il te demanda d’enlever tes vêtements pour voir l’ampleur du désastre. Il t’ausculte, te demande de faire différent geste et de respirer de manière différente. Cela prend plusieurs minutes, il t’explique ce que tu as et ce que tu allais devoir faire. D’après lui, tu devais te rendre dès demain dans un hôpital pour pouvoir faire des examens plus précis, il suspecte des côtes fêlés et de nombreuses contusions moins importantes. Du repos durant plusieurs semaines, pas d’activité sportive, pas d’effort tout simplement. Il te donna des anti-douleurs et quitta la pièce, te laissant te rhabiller. Il quitta l’appartement après avoir été payé, te retrouvant de nouveau seul avec Lewys. « Des côtes fêlées, des contusions un peu partout sur le corps… Il me demande de me rendre à l’hôpital pour faire des examens plus détaillés. » ton regard le suivait, et tu pris le verre qu’il t’avait préparé. Lui, préféra continuer sa bouteille de whisky, ce qui te choquait à moitié. Son regard était encore sombre, la colère était toujours présente en lui. Tu ne voulais pas lui foirer sa soirée, tu t’approchas de lui, glissant ta main sur sa joue « Oublie ça au moins pour la soirée. » tu passas tes mains autour de son cou, te retrouvant seulement à quelques centimètres de lui. « Je ne sais pas, à la base tu avais prévu quoi? » tu n’étais pas contre de passer un peu de temps avec lui, boire, devant un film, ou autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Cast me far away + Lewyah   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cast me far away + Lewyah
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cast up
» "Boss Set"
» Citadel Finecast
» Crafting 146+
» 155-157(rogue)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Dirty Folks :: Hillsboro, Maine :: Downtown :: Center Street-
Sauter vers: